Violence programmée dans les Pouilles

Le 26 juin, Il est 20h 30 à Manfredonia dans les Pouilles, une voiture s’approche d’une autre voiture : « boom boom ». Les sicaires font feu à la lupara (fusil de chasse). L’utilisation d’une arme typiquement mafieuse peut signifier une proximité avec les victimes. La violence étant un langage (cf. cliquez sur le lien pour lire un de mes billets préférés : Guet-apens contre un capo-bastone en Aspromonte)

Une des victimes, 23 ans est le fils du’un chef mafieux assassiné le 21 avril 2009. La seconde victime, non décédée, est le frère du boss et il avait déjà échappé à la mort il y a deux mois lors d’un attentat à la voiture piègéé!

Ce 12ème meurtres de l’année dans la région de la Capitanata (ancien nom de la province de Foggia sur la carte) s’incrit dans la série des réglements de compte au sein la faction Romito-Libergolis (cf. Libérations de mafieux dans la région des Pouilles). Aillées, les deux factions avaient des rôles différents. La clan Libergolis était le bras armé alors que les Romito recyclaient  argent sale et entretenaient les contacts avec les entrepreneurs, les magistrats et les forces de l’ordre. A telle enseigne que les Romito auraient colloboré avec les forces de l’ordre pour arriver au procès ; procès qui a vu les Libergolis condamnés (deux en prison et un en fuite) et non les Romito (le père et trois fils).

Dans la mafia, quand on veut se débarasser de son bras armé, il faut faire le travail correctement. Dans le cas contraire,  la partie trahie se retourne contre la faction « indélicate » et elle utilise la violence programmée (cf. Violence programmée).

.

Share

Laisser un commentaire

*
Faire un don
Search
OGC
Petit dico énervé de la mafia
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités
Site sur la criminalité
Petit dictionnaire énervé de la mafia
Petit dico énervé de la mafia