Qui était Toto Riina, le boss de Cosa Nostra?

PORTRAIT Considéré comme l’un des plus redoutables parrains de la mafia, il est mort en prison ce vendredi…

20 Minutes  Delphine Bancaud — 

  • L’homme est suspecté d’être à l’origine de 150 homicides.
  • Malgré ses condamnations, il a réussi à conserver sa liberté pendant un quart de siècle.
  • Il a intrigué et apeuré le grand public pendant toute sa vie.

Le « fauve » a rendu l’âme. L’ancien chef suprême de Cosa Nostra, Toto Riina, est mort ce vendredi en prison à l’âge de 87 ans. Il a été l’un des parrains les plus violents et les plus redoutés de l’histoire de la mafia sicilienne. 20 Minutes revient sur les aspects les plus marquants du personnage.

 

Il a tué ou fait tuer plus de 150 personnes

Ce fils d’un paysan pauvre n’a pas attendu longtemps avant d’avoir du sang sur les mains. Il rejoint la mafia à 18 ans et commet son premier meurtre à 19 ans. Il récidive un an après. Il fera ensuite régner la terreur pendant près de vingt ans en Sicile et au sein de Cosa Nostra, dont il avait pris le contrôle à partir des années 1970. Doué d’une intelligence machiavélique, « il a été un stratège pour prendre le pouvoir de la mafia sicilienne. Il a dynamité ses rivaux en créant des conflits au sein des groupes mafieux », décrit Fabrice Rizzoli, docteur en science politique, spécialiste des mafias italiennes.

Riina est accusé d’avoir été l’auteur ou d’avoir commandité plus de 150 homicides. « Il a tué certains « soldats » de ses mains, puis a délégué ses meurtres à partir des années 1980. Il a notamment fait exécuter des députés, des policiers, des magistrats », souligne Fabrice Rizzoli, Ses faits d’armes les plus connus restent les meurtres des juges antimafia Giovanni Falcone (1992) et Paolo Borsellino (1993). Il a également été l’un des cerveaux des attentats meurtriers de 1993 à Rome, Milan et Florence.

Il a vécu en clandestinité un quart de siècle

Le « parrain des parrains » a été condamné pour meurtres et association mafieuse à une vingtaine de peines de prison à vie, mais il a réussi à vivre dans la clandestinité pendant près d’un quart de siècle, probablement sans jamais quitter la Sicile. « Il a sans doute bénéficié de complicités dans les hautes sphères italiennes. Car il a dû promettre de protéger le pouvoir en place et a ainsi permis à la démocratie chrétienne de se maintenir », lance Fabrice Rizzoli.

Loin d’être caché dans une cabane au cœur du maquis, Toto Riina a vécu presque normalement, mais sous un faux nom et a pu avoir une vraie vie de famille. « Il s’est d’ailleurs marié en cavale 1974 à Antonietta Bagarella, une institutrice issue d’une grande famille mafieuse. Il s’est même offert un voyage de noces à Venise. Puis il a eu quatre enfants et a vécu avec eux », déclare Fabrice Rizzoli.

Mais, il a quand même fini par perdre sa liberté. C’est grâce à des témoignages de repentis, dont son chauffeur personnel, que les forces de l’ordre arrêtent Toto Riina le 15 janvier 1993 dans la banlieue de Palerme. « Il y a eu une ligne de rupture entre lui et les autres membres de la mafia en 1993, quand il a orchestré des attentats contre des innocents dans des lieux publics », analyse Fabrice Rizzoli.

Il a su entretenir sa légende terrifiante auprès du grand public

« Toto Riina était un expert de la communication. Il programmait des assassinats juste avant les JT afin que ses exactions soient relayées par les médias », souligne Fabrice Rizzoli. Il entretient de ce fait sa légende effrayante auprès du grand public.

« Et le plus étonnant, c’est qu’aucune image de lui n’a circulé avant son arrestation en 1993. On a ainsi découvert ce petit homme (1,58 m), menottes au poignet, l’air menaçant et portant des mocassins de luxe. Ça a marqué les esprits », souligne Fabrice Rizzoli. « Lors de ses procès il menaçait les journalistes », précise aussi le spécialiste. Une manière d’entretenir leur curiosité, mêlée d’effroi.

Les images de ses interrogatoires donneront la mesure de l’intelligence de Riina, prenant l’apparence d’un vieillard naïf et peureux, qui ne se départit pas d’une froideur extrême, exprimée par un regard noir et menaçant.

En 2007, une série télé, inspirée du livre d’enquête de Giuseppe D’Avanzo et Attilio Bolzoni, Corleone, retrace sa vie. Elle connaît un vrai succès qui contribue à entretenir la légende autour du personnage de Riina.

 

Source de l’article.

Share

Les commentaires sont fermés.

La mafia de A à Z
Recevez chez vous le livre dédicacé : "la mafia de A à Z" contre 18 euros en cliquant sur le lien suivant
PayPal Logo
Search
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités