Archive pour la catégorie ‘Légalité en Italie’

Mafias.fr aux Grands Voisins

Retour sur le workshop :

« Journalistes : quel rôle dans la lutte contre la corruption ? »

L’espace associatif des Grands Voisins, à Paris, a accueilli le workshop « Journalistes : quel rôle dans la lutte contre la corruption ? », le 16 juin dernier. Un rendez-vous rendu possible par l’ONG European Youth Press, réseau de jeunes journalistes européen et le magazine Cafébabel, dans la continuité de leur collaboration autour du projet Reporting Against Corruption. L’événement a réuni plus d’une vingtaine de participants, principalement de jeunes journalistes, autour des organisateurs et des intervenants Fabrice Rizzoli, représentant Anticor et président de l’association Crim’HALT et Alexandre Brutelle, journaliste indépendant venant présenter le projet Deputy Watch, première base de données en ligne sur les délits d’élus. L’occasion pour chacun, militants et journalistes, de partager le fruit de leur travail et de réfléchir à la nécessité d’établir un pont entre leurs activités.

ACRP : Reporting Against Corruption, une initiative européenne

19264158_10154713764190662_739676713_oSafouane Abdessalem est tout d’abord revenu sur sa participation au premier workshop du « Reporting Against Corruption Project », au titre de journaliste pour Cafébabel. C’est auprès de dix journalistes européens sélectionnés par European Youth Press qu’il avait participé à une semaine de formation intensive à Anvers en mars dernier. Formation destinée à familiariser les participants à divers outils de la lutte contre la corruption.

Des outils empruntés à différentes pratiques, parmi lesquelles le journalisme d’investigation, le data-journalisme ou encore l’activisme, comme autant de directions données aux jeunes participants pour constituer leur propre « boîte-à-outils » et l’utiliser à leur retour dans leurs pays respectifs.

Ces derniers devaient également se charger de l’organisation d’un workshop porté autour de la même thématique, permettant ainsi le rendez-vous donné le 16 juin aux Grands Voisins.

Identifier la corruption avec Fabrice Rizzoli

19349416_10154713765220662_1788171540_oSuite à cette présentation, Fabrice Rizzoli s’est exprimé sur le thème du workshop en tant que représentant de l’association et président de Crim’HALT, à l’invitation des organisateurs. Il a présenté au public différents exemples de points de blocage institutionnels ralentissant la lutte contre la corruption.

Manque d’indépendance des procureurs vis-à-vis de l’exécutif, mise sous tutelle des Officiers de police judiciaire par leurs supérieurs hiérarchiques plutôt que par des magistrats enquêteurs ; nombreux sont les points institutionnels pouvant, en France, court-circuiter l’action de l’état en ce domaine.

Parmi ces derniers, le président de Crim’HALT, a mentionné l’existence du fameux « Verrou de Bercy », donnant le dernier mot au ministre de l’économie en matière de poursuites fiscales, lorsque ce rôle est habituellement réservé au procureur de la République pour tout ce qui relève du pénal. Pour rappel, la suppression de ce verrou avait été rejetée de peu à l’Assemblée Nationale en juillet dernier.

Fabrice Rizzoli a aussi fait écho à la crise que traverse actuellement la presse en matière d’indépendance éditoriale, citant l’attaque du Figaro essuyée par Anticor en 2015, au moment de la plainte déposée par l’association contre Serge Dassault, propriétaire du journal.

Enfin, il a également insisté sur l’usage social des biens confisqués comme unique moyen d’impliquer les citoyens contre la corruption, par exemple en reconvertissant des biens mal acquis et confisqués par l’état en lieux ouverts aux citoyens. C’est à ce titre que l’association Anticor devrait se voir mis à disposition l’appartement de Claude Guéant pour qu’il devienne le siège de la seule association anticoruption indépendante. La maison de Patrick Balkany devrait devenir la maison des journalistes. Une mesure par ailleurs recommandée par la Commission Spéciale du parlement européen contre le Crime organisé, la corruption et le blanchiment [CRIM].

Un énorme merci au Conseil Constitutionnel pour avoir retoqué l’amendement usage social des biens confisqués (cf. Communiqué de presse : les biens confisqués échappent à la société civile !)

Deputy Watch : du data-journalisme militant

cropped-logo_deputywatchAlexandre Brutelle, président du média associatif Politics Watch, a ensuite partagé avec le public le site Deputy Watch, première base de données des délits d’élus, réalisée à la veille des élections législatives avec la participation de nombreux jeunes journalistes français.

L’objectif de ces derniers : offrir aux votants un moteur de recherche récapitulant le passé judiciaire des députés sortants se représentant aux élections. Un projet en réponse au flot rapide et continu de l’information, où les manques de probité de nos élus se noient régulièrement.

Il a par la suite fait état des projets à venir pour le site : la création d’une nouvelle plateforme agrégeant de nouveaux types d’élus, parmi lesquels les sénateurs ou les députés européens. Mais également un nouveau média indépendant, qui informera le grand public sur les méthodes que les citoyens peuvent emprunter au journalisme afin de s’organiser eux-mêmes contre la corruption.

Des initiatives à suivre !

Alexandre Brutelle & Fabrice Rizzoli

Mafias.fr sur France 2 : « Casal de Principe, berceau de la mafia italienne »

CUAUs4KWoAAzFEzLe 28 juillet dernier, Fabrice Rizzoli, auteur de « La mafia de A à Z », est intervenu dans l’émission Télé-Matin diffusée par France 2 sur le thème « Casal de Principe, berceau de la mafia italienne ».

Il avait rencontré le maire, Renato Natale, de cette commune lors de la conférence à Bruxelles (en photo) et se sont donnés rendez-vous au mois d’août :-)

Le président de Crim’HALT s’est exprimé sur la redistribution et l’usage social des biens confisqués à la Camorra, ainsi que sur l’importance de l’implication de la société civile pour lutter contre la criminalité organisée.


36 ans après l’attentat de Bologne

Hivers 1985, l’Italie est sous la neige comme l’ensemble de l’Europe. Au cours d’un voyage scolaire à Venise et en transit à la gare de Bologne, (en fait  cela doit  être en 1987 pour nous rendre à Ancône… car sinon le transit à Bologne s’explique mal…) je remarque une horloge un peu « décalée » par rapport à un bâtiment moderne et dont l’heure reste figée. A mes demandes d’explication, mon professeur d’Italien me parle de l’attentat le plus meurtrier de l’après guerre.

Dédicace à tous les profs qui emmènent leurs élèves en voyage donc :

ll est 10h 25 en ce matin du 2 août 1980 lorsqu’une bombe explose dans la salle d’attente de la gare de Bologne ; explosion qui fait 85 morts et 200 blessés. L’attentat de Bologne serait le fait d’une association subversive composée de milieux d’affaire, de l’extrême droite, de services de renseignement détournés (des services vraiment secrets… cf.Les services de renseignement italien et les mafias), de franc-maçonnerie clandestine qui n’en avait que le nom (la loge P2)  et de groupes criminels (la bande della Magliana et acteurs mafieux).

Récemment, le film Romanzo Criminale a consacré une scène à cette évènement. Dans cette vidéo, on notera que le poseur de bombe est assassiné dans la foulée… à la minute 2.22 :)

PS : deux officiers des services de renseignements ont été condamnés par la justice italienne pour avoir corrompu l’enquête. Combien de pays arrive à condamner des agents de ce type?

Mafias.fr à l’EHESS

Ce jeudi 12 mai, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales invitera Fabrice Rizzoli et Edgardo Manero à s’exprimer lors d’une conférence sur L’Economie criminelle de la drogue en Amérique Latine et en Europe, organisée dans le cadre d’un séminaire sur la prohibition des drogues.

Avec Fabrice Rizzoli, politologue et  président de Crim’HALT ; Edgardo Manero, sociologue et Chargé de recherche au CNRS ; et présenté par Laurent APPEL, journaliste et membre d’ASUD.

Arrestations anti-mafia massives dans la province de Palerme le 16 mars

See original image

Les photos des prévenus

Dans la nuit du 15 au 16 mars, le Ros (Groupe d’opérations spéciales) et la brigade de carabiniers de Monreale ont procédé à l’arrestation de 62 cadres de la « nouvelle » Cosa nostra dans la province de Palerme, en Sicile. Parmi les prévenus figurent tout particulièrement Mario Marchese et Gregorio Agrigento, deux « parrains » octogénaires rivaux fidèles de Toto Riina dans les années 1980 maintenant à la tête de la Cosa nostra  dans la province, ou encore Alfredo Giordano, directeur de la salle du théâtre Massimo de Palerme.

Bien que ce dernier n’affirme entretenir que des relations d’amitié de longue date avec les autres prévenus, cette opération met l’accent sur une réalité toujours bien présente : celle d’une bourgeoisie mafieuse qui conditionne le tissu commercial et entrepreneurial sicilien, et force un consensus social par le biais d’investissements dans l’économie locale, du racket, et de la menace.

A l’issue de cette opération, les autorités ont saisi des terrains et locaux commerciaux détenus par la famille mafieuse des Pullarà, l’entreprise Di Marco Marmi appartenant à Francesco di Marco, ou encore quatre entreprises de bâtiment dont la valeur atteint 600 mille Euros.


 En août 2015, les autorités avaient déjà arrêté 11 personnes qui avaient l’habitude de communiquer avec Matteo Denaro, le chef de la Cosa nostra.

Mafias.fr sur M6

Le carrosse apportant le cercueil de Vittorio Casamonica jusqu'à l'église Don Bosco, jeudi 20 août.

Choc après les funérailles d’un « parrain » mafieux à Rome

« J’ai conquis Rome, je vais désormais conquérir le paradis. » La citation s’inscrit en lettres sombres, devant un décor kitsch montrant dans le couchant le pont Saint-Ange, le Colisée et la basilique Saint-Pierre, et, incrusté dans le coin droit, un portrait du chef du clan mafieux des Casamonica, Vittorio Casamonica. Le photomontage, imprimé sur une bannière de quelque trois mètres de large, ornait l’entrée de l’église San Giovanni Bosco où ont eu lieu, jeudi 20 août, les funérailles du parrain d’origine sinti, mort d’un cancer à l’âge de 65 ans. Lire la suite

L’intervention de Fabrice Rizzoli sur M6 :

Mafias.fr en Suisse pour le 21 mars jour des victimes de la mafia

LiberaA l’occasion de la « Giornata della memoria per le vittime innocenti delle mafie » du 21 mars en Italie, Libera en Suisse organisa les rencontres suivantes avec Fabrice Rizzoli président de Crim’HALT et auteur de « La mafia de A à Z » et Monica Usai de Libera Europe, et en collaboration avec la Federazione delle Colonie Libere Italiane :

Vendredi 11 mars :

  • 13.30 à 15.00: rencontre avec les étudiants d’un gymnase de Lausanne qui étudient l’italien (photo plus bas)
  • À partir de 19.00: rencontre avec la communauté italienne au siège de la Colonia Libera Italiana de Renens.

Samedi 12 mars:

  • À partir de 10.00: Dégustation de quelques produits « Mafia Free » au Magasin du Monde de La Chaux-de-Fonds (photo plus bas)
  • À partir de 19.00: rencontre avec la communauté italienne à Dübendorf au siège de la Colonia Libera Italiana de Dübendorf.

Les thèmes seront les suivants:

  • Infiltration mafieuse en Suisse et en France
  • Association Libera
Magasin du Monde La Chaux-de-Fonds

Libera Terra en Suisse

 

 74968_1038477452857333_6157541787609119733_n12809573_1106797939364417_5251415745420511811_n

Mafias.fr au JT France 2 : « smash and grab »

Des gangs roumains se spécialisent dans des vols éclairs nommés « smash and grab » ou « casse la vitrine et pille là« …
La justice française et roumaine saissent des biens, des appartements, au gangs roumains en France et en Roumanie. Le 1ère fois, la France et la Roumanie les a revendu. La seconde fois, en Roumanie personne n’a voulu les achéter…
En éspérant qu’un jour, on confisquera leurs biens pour les réutiliser socialement (cf. L’arme qui peut tuer le crime organisé))

Alors à quand une loi d’usage sociale des biens confisqués dans tous les pays européens (exemple Italie : Mucchielli)?

 

Sciences Po Paris : Mario Vaudano superstar

1510014_785681364803611_2563330022561211544_nParis Sciences Po dans le cours Géopolitique critique des criminalités : en 1980, Mario Vaudano, juge d’instruction à Turin met à jour une fraude gigantesque sur le pétrole qui a duré au moins pendant 6 ans (50 dépôts légaux en Italie, chaque dépôt sort illégalement 200 citernes par jour, 1 citerne + 40 000 litres) = 1 500 inculpés dont 50 généraux de la Garde des Finances… Tout cela pour alimenter entre autre les partis politiques… Enjoy le tableau

Mafias.fr à Bordeaux : de l’infiltration mafieuse dans l’économie légale…

Conférence samedi 4 juin : « mafias entre illégalité et légalité »

« Inventons demain » sans paradis fiscaux

Toxic Somalia : au coeur de la problématique mafia entre illégalité et légalité

« La solution contre les criminels professionels »

Prix Falcone à Mafias.fr
« L’utilisation sociale des biens mal acquis est la solution contre les criminels professionnels »

« This is the solution against organized crime! »

      C’est en ces mots que Fabrice Rizzoli a commencé son discours pour la remise du prix Falcone des Droits de l’homme.

A l’aide des produits (ici les Taralli Libera terra des Pouilles) faits par des coopératives sur des terrains confisqués aux mafieux, on implique réellement la société civile contre le crime organisé : en France, la villa confisquée au narco-courtier Crisafulli au Cap d’Antibes auraient dû devenir une école hôtelière
f2f554de-34ff-441a-a7c6-214f1dbb317f.jpg

La mafia de A à Z
Recevez chez vous le livre dédicacé : "la mafia de A à Z" contre 18 euros en cliquant sur le lien suivant
PayPal Logo
Search
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités