Archive pour la catégorie ‘Mafia’

Contre la mafia : le Centre Impastato

Voir "impastato" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia

M& Madame Santino

Pour commémorer la mort de Giuseppe Impastato le 9 mai 1978, nous publions à nouveau ce post

Pour lutter contre la criminalité la plus aboutie, il faut l’étudier !

Depuis plus de 30 ans, le « must » en matière d’étude du phénomène mafieux c’est le « Centre Sicilien de Documentation Giuseppe Impastato », une organisation reconnue d’utilité publique. Et pour cause :

De 1977 à 2011 : 34 années d’activités contre la mafia et pour la paix par le biais de la mémoire de la recherche et de l’engagement dans la société civile

Introduction :

Rappelons que le nom du centre est dédié à Giuseppe Impastato, jeune homme issu d’une famille mafieuse qui s’en détache, milite au sein des forces de gauche, crée une radio libre en 1976. Au cours de ses émissions,  Peppino dénonce la mafia de Cinisi avec autant de précision et de dérision (et les mafieux n’aiment pas la dérision cf. Giulio Cavalli : acteur menacé par la mafia napolitaine). C’est ce qui lui vaut d’être assassiné en 1978 alors que tout est fait pour faire croire à un suicide (une vie qui sera assez bien  incarnée dans le film « I cento passi« .)

Rappelons que c’est grâce à l’obstination de la famille d’Impastato (sa mère et son fils  cf. le site) et des ses amis que les meurtriers Gaetano Badalamneti et Vito palazzolo (cf. Coupe du monde : mafia 1 – Etat italien 0) seront condamnés en 2001.

On comprend dés lors la colère des proches d’Impastato contre Roberto Saviano qui dans son dernier ouvrage « La parola contro la camorra » raconte que c’est grâce au film « Les cent pas » sorti en 2000 que les procès contre les meurtriers ont été réouverts.

En réalité, il n’en est rien.  En 1998, la commission parlementaire antimafia enquêtait déjà sur  les « dépistage » qui avaient jusqu’ici empêché la tenue d’un procès contre des mafieux et en 2000, le procès contre Vito Palazzolo et Gaetano Badalamenti était déjà en cours. Roberto : (cf. « Pauvre » Saviano) :  « ta vie est déjà assez difficile, il te suffit de faire amende honorable comme moi cf.Restons « ZEN » :-)

L’apport scientifique du Centre

Du point de vue de la connaissance, Umberto Santino et Anna Puglisi offrent une multitude de sources riches et denses. Umberto Santino est l’inventeur du concept de la « Bourgeoise mafieuse », seule définition qui permet de comprendre la longévité du phénomène mafieux.

Cliquez pour des informations en français

Les livres lus par l’auteur de mafias.fr :

- F. Bartolotta Impastato, La mafia in casa mia. Intervista di A. Puglisi e U. Santino. La Luna, Palermo, 1986. Ristampa 2000, 2003. 69 pagine. Eu. 9.

- G. Chinnici, U. Santino, La violenza programmata. Omicidi e guerre di mafia a Palermo dagli anni ’60 ad oggi. F. Angeli, Milano, 1989. 410 pagine. Esaurito.

- U. Santino, La democrazia bloccata. La strage di Portella della Ginestra e l’emarginazione delle sinistre, Rubbettino, Soveria Mannelli, 1997. 234 pagine. Eu. 13,43.

- Santino (Umberto), L’alleanza e il compromesso (mafia e politica dai tempi di Lima e d’Andreotti ai nostri giorni), éditions Rubbettino, Soveria Manelli, 324 pages, 1997,

- Santino (Umberto), Mafia e Globalizzazzione (mafia, antimafia e dintorni), éditions Di Girolamo, Trapani, 241, 2007,

- Santino (Umberto), Don Vito a Gomorra (mafia e antimafia, tra papelli, pizzini e bestseller), edionts Riuniti, Roma, 247 pages, 2011,

Tous les autres : Index

PS : en ce mardi 12 juillet, après m’être perdu deux heures  en voiture dans Palerme, je ne regrette pas la rencontre avec Umberto et Anna :-)

Don Vito a Gomorra
Mafia e antimafia tra papelli, pizzini e bestsellerD

Journée de la femme 2014 : le courage de collaborer avec la justice

Voir "femme et mafia" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia

"Femmes d'honneur"

L’Etat italien protègent environ 600 collaborateurs de justice ; des mafieux qui ont abandonné la mafia (cf. Collaborer avec la justice : le choix de vivre). Mais que font les femmes (épouse du mafieux repenti ou femme  impliquée dans les activités mafieuses)?

Le mafieux qui ressent le besoin de rompre avec sa vie de criminel professionnel informe en tout premier lieu son épouse (et non pas son avocat qui risque de faire circuler l’info… si vous voyez ce que cela veut dire pour la profession en question). Avant de pactiser avec le juge, le mari-mafieux recherche l’accord de son épouse. Certaine d’entre elles acquiescent, d’autres incitent leur époux à rester dans le clan. Dans  tous les cas, leur attitude est décisive.

Une femme qui partage la décision de son mari « repenti » lui donne toutes les chances de « tenir bon » surtout si il y a des enfants dans le couple. En effet, collaborer se révèle difficile car il s’agit de changer de vie et d’identité au propre comme au figuré. Le mafieux qui trahit l’omertà n’est plus un homme car garder le silence est synonyme de virilité dans la mafia. Comparé à la femme qui ne peut s’empêcher de parler (d’après les stéréotypes), le mafieux lui sait se taire! En embrassant l’état de droit, l’ex mafieux devient un « infâme». L’épouse peut alors redonner confiance au mari et au père. Si la femme persuade les enfants que « papa » a fait le bon choix, elle restaure le rôle paternel de ce dernier (cf.Joyeux Noël). Le mafieux devenu citoyen vit alors cette transformation non comme une humiliation mais comme une possibilité de changement.

Les femmes accompagnent le choix de leur mari par amour ou par devoir et payent souvent cher ce changement de vie : angoisse et dépression sont le lot quotidien de ses femmes qui ne gagnent pas en émancipation : la subordination qui prévalait avant la collaboration demeure.

Les femmes impliqués (cf. Pas de femme, pas de mafia) dans les activités criminelles collaborent avec la justice soit afin de se venger du clan qui a fait tuer leur mari ou leur enfant mais aussi pour s’émanciper. (cf. La Sicilienne rebelle). On comprend facilement que pour d’autres femmes, collaborer avec la justice soit un vraie occasion de changer de vie, de se soustraire à l’oppression mafieuse. C’est grâce à collaboration de la fille Serraino que la justice a démantelé le clan du même nom. Plus important, sa collaboration a « sauvé » deux enfants promis à une carrière criminelle (cf.De la mafia calabraise, de la mémoire et des femmes).

On aime à répandre l’idée que les femmes ont désormais, dans la mafia, des postes à responsabilité et  on  aime y voir le symbole d’une nouvelle égalité homme-femme. Or, c’est davantage dans la sortie de la femme  de l’univers mafieux qu’il faut chercher un parallèle à l’émancipation moderne des femmes.

Le mémoire sur la confiscation en Italie et en France : 18/20

Sebastian Stella, a suivi les enseignements du Master II « Lutte contre la criminalité financière et organisée » au Centre d’Etudes des Techniques Financières et d’Ingénierie (www.cetfi.org). Il a récemment écrit un mémoire sur la confiscation en Italie et en France qui a obtenu la note de 18 sur 20. Il a aussi effectué un stage au Parquet de Turin, dans le groupe « blanchiment et affaires connexes » (Riciclaggio e materie affini).

Faculté d’Economie et de Gestion & Faculté de Droit
         Centre d’Etudes des Techniques Financières et d’Ingénierie – CETFI
               Centre de Recherche en Matière Pénale Fernand Boulan
Groupe Européen de Recherche sur la Délinquance Financière et la Criminalité Organisée

Ce travail découle d’une grande admiration pour le Juge Giovanni Falcone (cf. 23 mai 1992 : la mafia tue Giovanni Falcone)  ainsi que de l’aide précieuse de spécialistes dont notamment Alberto Perduca, procureur adjoint au parquet de Turin, Claude Ducouloux-Favard (d’une trés grande gentillesse cf. Le livre pour les étudiants ) et de l’aide de Fabrice Rizzoli.

Vous pouvez consulter ce mémoire : « l’essor des instruments de saisie et de confiscation face à l’extension des mafias italiennes en France »

Le pape en danger de mort?

… à condition que la mafia ne soit pas seule à vouloir sa mort…

Dans une interview du Fatto quotidiano (cf. Mafias.fr dans « Il Fatto » ) repris dans le Point sans jamais citer la source (ici), le procureur antimafia, Nicola Graterri (photo du bureau et cf. United of colors of dealers) affirme que la mafia calabraise est prête à faire un « croche-pied » au pape.

« Le Pape est-il menacé par la mafia ? Le procureur de Reggio de Calabre, tout au sud de l’Italie, met en garde :
 « Le Pape François veut nettoyer les institutions financières du Vatican. Les mafieux qui recyclent l’argent de la criminalité grâce à des connivences de l’église s’inquiètent. J’ignore si les parrains ont les moyens de faire quelque chose contre le pape mais je sais qu’ils y pensent. Le danger est réel. »
Et les 3 minutes du journal de D8 :

Zou, l’humoriste qui s’attaque aux mafieux, est de retour à Paris

 du
au
  
21h au théâtre de la petite loge
2 rue La Bruyere 75009 à Paris
riez tant que vous pouvez… cela pourrai ne pas durer

Que c’est difficile de faire rire avec la principale menace pour l’ordre mondiale cf. ONU)! D’ailleurs, aucun comique ne se mouille.
Sauf Zou! Il faut dire qu’il est de la « côte d’usure« , du Sud (Cf. Aix-en-Provence, fusillade : un mort) et sait de quoi il parle…

Mais comment faire rire de la criminalité alors qu’en France la mafia n’existe pas? Comment faire alors que le crime organisé n’est pas un sujet d’actualité?

Et en passant par les problèmes de société, la drogue, la télé, la politique… et en parlant du papier à cigarette au goût de cosmétique…

Son premier spectacle, Doigt d’Auteurs était un diamand brut, un ovni, un acte de courage aussi dans l’univers des comiques.

Son deuxième spectacle est un diamant taillé.

Ce n’est pas parce que la mafia existe toujours qu’il faut douter des moyens antimafias italiens

Voir confiscation dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia

La maison du Jazz à Rome ancienne maison d'un gangster romain

Un commentaire souvent fait : « vous militez pour des outils antimafias italiens mais la mafia existe toujours en Italie » :

Réponse : « Vous avez raison de douter mais la confiscation administrative commence en Sicile en 1982.

30 ans après, la mafia sicilienne ne tue plus.

1 800 morts entre 1978 et 1982 et aujourd’hui rien.

Certes, la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, est encore puissante mais est-elle plus ou moins puissante depuis que la villa du boss Mazzaferro de Gioia Tauro est une caserne de Garde des finances (cf. Antimafia redistributive)?

La mafia calabraise est-elle plus au moins puissante que depuis que le café de Paris à Rome n’est plus au main du clan Alvaro? (cf. Antimafia redistributive )

La mafia calabraise est-elle plus ou moins puissante depuis qu’il y a une coopérative agricole sur les terre de la ‘ndrine Mammolitti (cf Antimafia redistributive)?

Est-elle plus au moins puissante depuis qu’il y un atelier de mode antimafia en Calabre avec un show room à Milan (immeuble confisqué à une clan cf. Antimafia redistributive ?)

Enfin, est-elle plus ou moins puissante depuis qu’il y a un centre handicapés dans la villa du clan Torcasio de Lamezia terme (cf. Antimafia redistributive )

Alors, la mafia est plus puissante avant ou après les mesures antimafias?

Corse : si c’est de la mafia, il faut des outils antimafias

FLARE France : réseau de la société civile contre le crime organisé

 Contre la « mafia » en Corse : des outils Antimafias!

Après le premier ministre en 2012 (cf. C’dans l’air sur la Corse), le ministre de l’intérieur en 2013, parle de « mafia en Corse » mais comment lutter contre la mafia sans lois antimafias? 

Une fois encore, le ministre demande de l’aide à la population mais c’est à l’Etat de protéger les populations et non l’inverse?

Comment témoigner contre le racket quand on est mort?

En France, il n’y aucun système de protection des témoins! (cf. Le statut de repenti : la solution au problème corse ?

Alors que la France a progressé en matière de confiscation (création de l’AGRASC, on ne confisque rien en Corse, cf. Mafias.fr en Corse )

Il faut passer à la confiscation administrative préventive antimafia en vigueur en Italie : 11 milliards d’avoirs saisis ces 2 dernière années (cf. Inchiesta Corse : la vidéo).

Enfin il faut donner un rôle à la société civile ; la seule solution est la redistribution sociale des biens mal acquis

La maison du gangster doit devenir un centre culturel!




FLARE France offre des solutions : cliquez : Confiscation-Restitution


Cliquez : Tribune le Monde : Le crime ne doit plus payer en Corse ! Par Vincent Carlotti, ancien maire socialiste d’Aléria et  Fabrice Rizzoli, représentant en France du réseau FLARE et auteur du Petit Dictionnaire énervé de de la mafia

Réutiliser les avoirs confisqués à la mafia à des fins sociales, demandent les députés
Justice et affaires intérieures - 28-11-2012 - 23:30

Les avoirs confisqués à la mafia doivent être réutilisés à des fins sociales, ont affirmé les députés de la commission spéciale sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux (CRIM) lors d’une audition sur le blanchiment d’argent.

« Restituer à la société les avoirs confisqués à la mafia revêt une valeur symbolique », a déclaré Salvatore Iacolino (PPE, IT), qui a rédigé le projet de rapport. Les dispositions destinées à la réutilisation de ces avoirs à des fins sociales devraient être incluses dans la directive sur la confiscation qui sera mise aux voix de la commission des libertés civiles les 17/18 décembre, a convenu la commission spéciale.

La Commission n’a rien proposé quant à la réutilisation de ces avoirs confisqués, ce qui constitue une grave erreur, a souligné la présidente de la commission spéciale, Sonia Alfano (ADLE, IT).

Le directeur général pour les affaires intérieures, Stefano Manservisi, a indiqué qu’en l’absence de lois nationales sur la confiscation et la réutilisation, toute proposition de règles communes s’avère impossible. Toutefois des députés ont, au contraire, estimé que cela serait possible, notamment du point de vue de la procédure, si le Parlement et le Conseil faisaient preuve de volonté politique, un aspect souligné par Barbara Weiler (S&D, DE).

Pedro Gomes Pereira, de l’Institut de gouvernance de Bâle, a convenu que des règles communes sur la réutilisation des avoirs sont nécessaires et a proposé un fonds européen pour récupérer les produits. « Tous les citoyens et les ONG devraient avoir accès à ce fonds en vue de proposer des projets pilotes », a déclaré Rui Tavares (Verts/ALE, PT) en appuyant la proposition.

L’audition organisée par la commission spéciale sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux (CRIM) a mis l’accent sur les moyens d’améliorer les synergies entre institutions et agences, d’identifier et de confisquer les avoirs liés à la criminalité et de détecter les mouvements d’argent en tant qu’éléments de prévention du blanchiment d’argent. Dix experts sont intervenus lors de l’audition.

Sous la présidence de Sonia Alfano (ALDE, IT)

France 24 : un petit sujet

Voir 'Ndrangheta dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia... et de l'antimafiaFrance 24 fait un petit sujet. Mes remarques en rouge :
Ces dernières années, la ‘Ndrangheta est devenue la plus importante et la plus redoutée des quatre organisations du crime en Italie (là, il faut citer mafias.fr qui en parle gratuitement depuis 2008), devant la Camorra dans la région de Naples, la Cosa Nostra (« Cosa nostra » sans l’article défini) en Sicile et la Sacra corona unita dans les Pouilles. Spécialisée dans le trafic de drogue, l’organisation s’est mondialisée. Notre reporter a enquêté en Calabre au cœur de la région où la pieuvre est enracinée (mais c’est un reportage animalier? :-) ….  Et le Petit dictionnaire énervé de la mafia?

La vidéo est vraiment bien, cliquez France 24

 

Les derniers mots de Falcone et Borsellino : « financez le cinéma itinérant antimafia »

Lundi 29 avril avait lieu chez Ethicando (6 rue de la grange aux belles 75010 métro Jacques Bonsergent) la présentation du livre « Les dernières mots de Falcone et Borsellino »

Recueil d’interventions, interviews et analyses de Falcone et Borsellino, cet ouvrage témoigne des nombreuses difficultés rencontrées dans la lutte contre la mafia, entravée non seulement par le crime organisé, mais surtout par les collègues des deux juges et les représentants du monde politique.

Ce livre marque un retour fondamental aux sources directes, à ce qu’ils ont vraiment dit et écrit, dans la tentative de pénétrer les raisons (et les raisons d’État) qui ont amené à l’assassinat de ces deux juges-amis.

Intervenants : Anna Rizzello Maison d’Edition LaContre- Allée, (traductrice).

Maria Chiara Prodi, représentante de Libera Francia.
Super Mario Vaudano

Fabrice Rizzoli, auteur de “Petit dictionnaire énervé de la mafia”.

Falcone et Borsellino auraient voulu le cinéma Antimafia à Paris

Alors financez la venue du cinéma antimafia en France

avant le 21 mai 2013

Voir "cinéma" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia
A Paris? Oui mais il faut participer :)

Pour venir à Paris mais aussi à Marseille et à Duisbourg, Cinemovel a besoin de 5 000 euros.

Vous pouvez contribuer à l’aide de la plateforme KissKissBankBank.

En échange d’un service :

- 5 euros et votre nom sera cité sur le site internet

- 15 euros : l’affiche

- 35 euros : le DVD de la campagne…

Vous avez jusqu’au 21 mai. Après cette date, si Cinemovel n’a pas récolté 5 000 euros, l’argent sera rendu aux contributeurs.

Cliquez : Cinéma antimafia

Colloque jeudi 25 Avril : Crime organisé : un enjeu européen?

L’IRIS, la Maison de l’Europe et l’Observatoire Géopolitique des Criminalités
ont le plaisir de vous convier à participer à la conférence-débat :

MAFIAS, CRIMINALITÉ: UN ENJEU EUROPÉEN ?

Jeudi 25 avril, 18H30, Maison de l’Europe
35-37 rue des Francs-Bourgeois – 75004 Paris

ConféreVoir "antimafia" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafiance-débat organisée en partenariat avec la Maison de l’Europe et l’Observatoire Géopolitique des Criminalités (OGC) autour de Fabrice RIZZOLI, auteur du « Petit dictionnaire énervé de la mafia« , docteur en sciences politiques et enseignant (IRIS Sup’), représentant en France du réseau associatif contre la criminalité organisée transnationale FLARE (Freedom Legality And Rights in Europe) et Michel KOUTOUZIS, expert auprès du Service européen pour l’Action extérieure (SEAE), chercheur à l’Observatoire Géopolitique des Criminalités (OGC) et auteur de « Crime Trafics et réseaux« . Voir le petit dictionnaire énervé de la mafia

Le débat sera animé par Fabio LIBERTI, directeur de recherche à l’IRIS.

« Le crime organisé est-il aussi puissant en Europe que les journaux aiment à le répéter ? Tous les trafics affichent des chiffres d’affaire records, de 300 milliards à 500 milliards pour la drogue ou 15 à 250 milliards pour la contrefaçon… Il n’y a aucun progrès mesurable en matière de lutte contre le blanchiment et contre les paradis fiscaux. Toute l’attention se porte sur une crise qui fait rage mais ne peut-on par faire un lien entre les deux phénomènes? Face à un problème global, quelles sont les réponses de l’Europe? Face à ce péril démocratique, une commission parlementaire européenne, CRIM, travaille depuis un an sur le sujet. »

Nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence en cliquant sur le lien suivant :

INSCRIPTION
(inscription obligatoire, dans la limite des places disponibles

Faire un don
Search
OGC
Petit dico énervé de la mafia
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités
Site sur la criminalité
Petit dictionnaire énervé de la mafia
Petit dico énervé de la mafia