Archive pour la catégorie ‘Pas de femmes pas de mafia’

Mafias.fr invité du festival du livre sur les mafias

Voir Antimafia dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia... et de l'antimafia

Contre les mafias : le livre

Depuis 2011 et chaque année, c’est la fête du livre sur les mafias. A Lamezia Terme en Calabre, le festival TRAME est le premier évènement culturel en Italie dédié aux livres sur les mafias. Du coeur de la Calabre arrive l’envie de dénonciation et de réveil des conscience à l’aide d’Atelier de travail et rencontre avec les auteurs engagés dans la lutte contre les orgnisations criminelles. TRAM Festival est la voix d’une Italie qui ne veut pas rester dans le silence.

Mafias.fr (aprés « Il Fatto » et il projet PON), il TRAME :)

us pouvez retrouver toutes les infos en cliquant sur ce lien TRAME Festival

Voici le programme :

Sabato 22 giugno

ore 11.00 – Palazzo Nicotera
Rassegna stampa
col giornalista Francesco Vitale

ore 17.00 – Palazzo Nicotera
Voir Antimafia dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia... et de l'antimafiaDa Genova a Marsiglia: la mafia preferisce il mare
Marco Grasso, Matteo Indice, Fabrice Rizzoli,
coordina Francesco D’Ayala (giornalista)
(Marco Grasso, Matteo Indice, A meglia parola – Liguria Terra di ‘ndrangheta,
Ed. De Ferrari
Fabrice Rizzoli, Petit dictionnaire énervé de la mafia, L’opportun Eds De)

ore 17.30 – Chiostro San Domenico
Indagine su mia madre
Salvo Palazzolo, Alessio Cordaro, coordina Francesco Vitale (giornalista)
(Salvo Palazzolo, Alessio Cordaro, Se muoio sopravvivimi, Melampo)

ore 18.30 – Palazzo Nicotera
Spazio ossigeno – L’informazione che sfida le minacce
Franco Oddo, Giovanni Taranto, Michele Inserra, coordina Alberto Spampinato

ore 19.00 – Chiostro San Domenico
Un uomo molto cattivo
Lo scrittore Giuseppe Di Piazza ne parla con Giulia Innocenzi (giornalista)
(Giuseppe Di Piazza, Un uomo molto cattivo, Bompiani)

ore 20.00 – Piazzetta San Domenico
La nostra guerra non è mai finita
Il giornalista Giovanni Tizian ne parla con PIF (regista)
(Giovanni Tizian, La nostra guerra non è mai finita, Mondadori)

ore 21.00 – Chiostro San Domenico
Calabria, buco nero della notizia
Fabio Tamburini (Direttore Radio 24), Marino Sinibaldi (Radio 3)
e Goffredo Buccini (giornalista) ne parlano con Aldo Varàno (giornalista)

ore 21.30 – Palazzo Nicotera
Autobiografia di un figlio del Bronx
Il produttore Gaetano Di Vaio ne parla con Gabriella Gallozzi (giornalista)
(Gaetano Di Vaio, Guido Lombardi, Non mi avrete mai, Einaudi)

ore 22.00 – Piazzetta San Domenico
Quelle in prima linea: le sindache antimafia
Goffredo Buccini, Elisabetta Tripodi (sindaco di Rosarno),
Maria Carmela Lanzetta(sindaco di Monasterace), coordina Gaetano Savatteri
(Goffredo Buccini, L’Italia quaggiù. Maria Carmela Lanzetta e le donne contro
la ‘ndrangheta, Laterza)

ore 23.00 – Palazzo Nicotera
PIF con i suoi testimoni
Pico Di Trapani, Giorgio Scimeca (imprenditore), coordina PIF (regista)
(Pico Di Trapani, Viaggio in Sicilia, Navarra)

ore 24.00 – Piazza Sacchi
Musica contro le mafie
Federico Cimini

ore 24.00 – Palazzo Nicotera
Cinema di mezzanotte: Placido Rizzotto
un film di Pasquale Scimeca

Jeudi 7 mars, Ethicando : conférence « les femmes et la mafia »

Jeudi 7 mars 2013

« Pas de femme, pas de mafia« 

ETHICANDO 20h-23h

6 rue de la Grange aux Belles 75010 Paris,

Métros Bonsergent et Colonel Fabien voire République et Gare de l’Est pour les connaisseurs:)

Entrée libre, consommation antimafia obligatoire

sous peine de confiscation administrative et préventive des portes-monnaie :)

A la veille de la journée de la femmeFabrice Rizzoli et auteur du petit dictionnaire énervé de la mafia exposera l’état des connaissance sur le rôle de la femme dans l’univers mafieux. L’univers mafieux est peuplé d’homme et la femme n’a pas le droit à l’initiation alors quelle est réellement son rôle? 

Voir "femme" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia... et de l'antimafia

Voir entrée "femme"

Victime? (cf. Histoires de femmes dans la mafia)

Active? (cf. De l’égalité homme-femme)

Antimafia? (cf. La Sicilienne rebelle)

Courageuse? (cf. le courage de témoigner)

Partant de l’exemple italien, sa démocratie transparente, ses procureurs indépendants, sa tradition universitaire et une loi unique au monde sur les collaborateurs de justice qui permet de connaître l’univers mafieux de l’intérieur, Fabrice Rizzoli docteur en science politique sur les mafias italiennes proposera une lecture du rôle des femmes dans la mafia et hors de la mafia. Une connaissance italienne qui permettra de mettre en relief le rôle des femmes dans les autres organisations criminelles de part le monde.


Les femmes dans la Mafia par teusteusteus

Journée de la femme 2012 : le courage de témoigner

  »Megghiu na figghia morta i na figghia disonorata »  : Mieux vaut une fille morte que déshonorée

Propos tenus par le père de Simona

 Maria Concetta Cacciola mafiaElle 24 ans et la vie encore devant elle. Simona habite à Melicucco  ; une ville près du port de containers de Gioia Tauro, non loin de la second villa Scarface mais aussi du plus grand centre commercial de la région… (cf Vengeance transversale ou conséquence de la mondialisation?). Elle est déjà mariée à un homme qui travaille dans le nord de l’Italie. Elle a un enfant de 4 ans mais s’ennuie. Elle utilise Facebook comme les mafieux de sa génération (cf. Trahi par Facebook). Elle rencontre un homme au point d’avoir une relation extraconjugale avec un électricien automobile de Gioia Tauro. Sa famille l’apprend et les surprend dans sa propre maison. Le jeune homme s’enfuie en voiture et le père et le frère de Simona le poursuivent. Elle fait de même et aperçoit son père un pistolet à la main en discussion avec l’amant. Puis, elle est éloignée et l’amant ne reaparaitra plus. Sa déposition devant les carabiniers va leur permettre de placer des écoutes et d’inculper le père et le frère. Domenico a été arrêté, Antonio est en fuite et Simona et son fils ont été placés sous protection, loin de la Calabre pour éviter la violence programmée. Elle n’est pas une collaboratrice mais un témoin de justice (distinction dans le Petit Dictionnaire énervé de la mafia)

Il n’y a peut-être même pas de dynamique mafieuse dans cette évènement (idem Antonino, 3 ans : victime « collatérale ») mais cela est révèlateur d’une mentalité mafieuse qui transpire et du courage des ses femmes de briser l’omertà.

Déjà en 2011 : Histoires de femmes dans la mafia et Journée de la femme 2011 : le courage de collaborer avec la justice, ces femmes ont montré qu’il n’existe pas d’autres alternatives à celle de l’état de droit. Et ce même si parfois, cela est tellement éprouvant que le pire arrive. Maria Concetta Cacciola a témoigné contre sa famille et s’est suicidée (après être revenue sans autorisation embrasser ses enfants dans la ville d’origine). Leo Garofalo a fait de même et le clan l’a assassiné et a dissous son corps dans l’acide (cf.  Quitter le programme de protection : mauvaise idée!

Chapitre Femmes et mafia dans Petit Dictionnaire énervé de la mafia

Contre la violence programmée : la collaboration de Monica

Spéciale dédicace aux femmes (cf. Pas de femme, pas de mafia), en particulier aux Monica …

Monica Vitale, femme de l’homme d’honneur Gaspare Parisi du quartier de Borgo Vecchio de Palerme (carte à gauche), prélevait le pizzo pour le mandamento de Porta Nuova (cf. Sicile 2 : « Discipliner le territoire »).

Mais la machine mafieuse se grippe. Les capi-decine (chef de groupe de soldats) accusent Monica de ne pas avoir rapporté l’intégralité des sommes provenant du racket à l’échelle du canton mafieux (mandamento). Elle est sommée de rendre de l’argent. Elle peut devenir à tout moment un cadavre ambulant.. Elle le sait… La  violence programmée est là, à chaque coin de rue. Elle la sent qui rode. Contrairement à une idée reçue, la mafia n’hésite pas à tuer les femmes (cf. Quitter le programme de protection : mauvaise idée!). La grande faucheuse rationnelle de la mafia se balade dans son quatrier. Sa vie dépend désormais des arbitrages que feront les chefs dans son dos.

Peut-être accusée à tort et face au risque élevé de mort, elle se rend chez les carabiniers en remplissant des dizaine de procès verbaux (cf. Histoires de femmes dans la mafia). Elle fait la lumière sur le monde clandestin de Cosa nostra (cf.Journée de la femme 2011 : le courage de collaborer avec la justice). Ici, sur la mort de l’avocat pénaliste ancien député d’extrême-droite Enzo Fragala, battu à mort le 23 février 2010 à la sortie de son cabinet dans le quartier Kalsa du Palais de justice (carte à droite). Grâce à Monica, on apprend Il s’agirait en fait d’un avertissement qui aurait mal tourné. L’avocat aurait manqué de respect à la femme d’un boss incarcéré et ce dernier, depuis la prison, aurait organisé ce pestaggio qui à la base ne devait être qu’une leçon.

Ce qui est drôle c’est que les journalistes passent d’une piste mafieuse (l’avocat en  savait trop) à une piste « passionnelle » (La Repubbica). Le fait qu’un boss corrige un avocat pour manque de respect envers sa femme serait un mobile passionnel ! Il n’est n’est rien.  Il s’agit de l’application de la violence programmée dans son expression la plus classique : le contrôle du territoire. Selon une typologie d’Umberto Santino, la mafia utilise, entre autre, la violence sytsémique pour défendre son ordre social  animé par l’honneur et la vengeance. Que resterai-il du pouvoir d’un chef mafieux qui n’aurait pas vengé l’affront fait à son épouse?

Par ailleurs, le cabinet de l’avocat se situant dans un autre territoire que celui du mafieux concerné, le demande de passage à tabac a suivi la voie hiérarchique. Le mafieux déshonoré par l’avocat s’est plaint  au capomandamento de Porta Nuova (carte à gauche), Tommaso Di Giovanni et l’a convaincu de procéder à  l’application de la violence programmée. Seulement après accord du mandamento, les soldats ont donné une leçon à l’avocat.

Rien de passionnel ! Que du rationnel!

Notons que le boss Lo Presti (voulant remplacer le big boss Lo Piccolo après son arrestation en 2007), arrêté en 2008 et suicidé en prison (cf. Opération Persée, le dieu qui décapita la méduse… ), avait conseillé à Monica de quitter l’univers mafieux : « un milieux pas fait pour les femmes » cit.

Conclusion, on ne quitte la mafia vivant que d’une manière : en collaborant avec la justice (cf. (cf. MafiaS et trahisonS au regard des sciences sociales).


Un deuxième élu assassiné en Corse

CorseMarie-Jeanne Bozzi, 55 ans, maire de Grossetto-Prugna de 2001 à 2008, a été abattue de 8 balles de 9 mm à Porticcio par deux hommes à moto. C’est le deuxième élu assassiné en Corse cette année et déjà 15 morts dus aux phénomènes du crime organisé (cf. Double assassinat en Corse : indifférence générale et Violence programmée en Corse. Il y aurait une trentaine de meurtre par an en Corse pour moins de 300 000 habitants, c’est un taux bien plus élevé qu’en Italie du Sud…


Bonne nuit Graziella

Voir "violence" et "latitanza" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafiaLe 18 mars, La Cour d’assise d’appel a confirmé la condamnation à vie des mafieux Gerlano Alberti (Jr) et Giovanni Sutera. En 1987, ces derniers avaient assassiné Graziella Campagna, 17 ans. La photo à gauche la représente peu de temps avant son décès. L’Etat italien a mis six ans à lui rendre justice. La mafia n’est pas le seul acteur de la société à avoir porté atteinte à cette jeune femme.

Les faits :
Un jour de décembre de 1985, la jeune femme travaillait dans une blanchisserie. Dans la poche d’une chemise, elle découvre des documents compromettant la « latitanza », la cavale, de Gerlando Alberti dans la région de Messine. Alberti était un chef mafieux très puissant. Il fit assassiner la jeune femme de cinq coups de fusil de chasse, lui défigurant volontairement le visage.

La mafia parle à la population :
La mise en scène de la cruauté constituaient un avertissement contre toutes personnes ayant des velléités de citoyenneté.

Graziella a été tué quatre fois :

  • Une première fois par Cosa nostra le 12 décembre 1985.
  • Une seconde fois par l’Etat italien. Après ce meurtre, ni les institutions ni la presse, n’ont cherché à résoudre ce crime odieux. Il semble que la région de Messine était un lieu de repli pour les trois mafias italiennes. Des complicités au sein des institutions ont passé leur temps à commettre des actes de « dépistages », terme italien pour indiquer l’altération des preuves et le conditionnement de la justice pour empêcher la manifestation de la vérité. L’enquête n’a été réouverte qu’en 1997; grâce à l’obstination du frère de la victime.
  • Un troisième fois par la justice « escargot » italienne. En 2006, les prévenus avaient été libérés parce que les délais légaux de leur détention provisoire étaient dépassés (comme dans le cas de Giuseppe Riina, cf. art. 14).
  • Une quatrième fois par le ministre de la justice. Au mois de novembre 2007, Clemente Mastella avait reporté la diffusion d’un téléfilm racontant l’histoire de Graziella. D’après lui, cette fiction télévisée conditionnait la bonne marche du procès en cours. Comment la vie d’une jeune femme de 17 ans aurait-elle pu altérer le principe d’un procès juste et équitable? Les mafieux n’ont-ils pas disposé des meilleurs avocats et de ressources économiques colossales pour assurer leur défense? Nous remarquerons que le ministre de la justice italienne raisonne comme les mafieux (cf. art. 18). Dans une autre affaire, des mafieux, par le bais de leurs avocats, ont attaqué le journaliste Saviano, considérant que ses articles conditionnaient leur procès!

Enfin, Clemente Mastella est le sénateur qui a fait chuter le gouvernement de centre-gauche au mois de janvier dernier. L’ancien ministre de la justice, mis en examen pour des délits de fraude, ne se sentait pas soutenu par ses camarades politiques. Si, comme les sondages le signalent, Silvio Berlusconi est élu au mois d’avril, Clemente Mastella aura contribué activement à remettre au pouvoir un homme politique dont la carrière doit beaucoup à la mafia (Na n°35 cf2r.org ).

Graziella a été assassiné quatre fois parce que les personnes chargées de lui rendre justice n’ont pas accompli leur mission. Elles ont assuré 23 ans d’impunité à la mafia et ont renforcé son pouvoir.

La mafia de A à Z
Recevez chez vous le livre dédicacé : "la mafia de A à Z" contre 18 euros en cliquant sur le lien suivant
PayPal Logo
Search
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités