Articles avec le tag ‘Antimafia’

Mafias.fr récidive à Avignon

mafia rizzoli antimafia

Vaucluse Matin

Nicolas Robin, professeur d’Italien est un « multi-récidiviste » (cf. Orange, GAP : conférences).

Il me fait intervenir pour la seconde fois à Avignon au lycée   Saint Jean-Baptiste de la Salle (cf. Mafias.fr à Avignon).

En prévision  une pédagogie de l’Antimafia :-)

Après un super déjeuner au self, il est prévu une intervention entre 15h30 et 17h15, au Campus La Salle, avec des élèves de 1ères STI comme l’année dernière. Cela commence par une présentation générale des mafias et toujours une petite vidéo antimafieuse (cf. Contre les biens mal acquis : la réutilisation des biens confisqués  ou Contre le crime organisé : pour une confiscation-redistribution). Puis, les élèves auront 45 mn à 1h pour échanger.

Le but de ces ateliers est de comprendre mieux de quoi il s’agit, de sortir des images préfabriquées véhiculées entre autres par le cinéma et d’avoir connaissance des moyens mis en place pour lutter en Italie et dans le monde comme on peut le voir dans cette vidéo avec une théâtre de la légalité en lieu et place de al maison d’un chef mafieux :

Mafias.fr à la journée anti-mafia de l’ENS

Samedi 29 mars 2014

Journée consacrée à l’antimafia

• 11h : Introduction de la journée et retour sur l’histoire de la mafia par Charlotte Moge, doctorante de Marie-Anne Matard-Bonucci.

• 12h30 – 14h : Buffet

• 14h : Pour déconstruire les idées reçues sur la mafia, débat interactif entre le public et invités qui travaillent dans l’anti-mafia dont Fabrice Rizzoli, Mario Vaudano et Deborah Puccio-Den

• 16h30 : Deux conférences par deux sociologues Umberto Santino sur l’histoire de l’antimafia et Anna Puglisi à propos des femmes et l’antimafia.

Nous serons aidés par l’association Libera notamment pour les traductions.
en salle Dussane et en Rotonde, École Normale Supérieure.

Journée de la femme 2014 : le courage de collaborer avec la justice

Voir "femme et mafia" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia

"Femmes d'honneur"

L’Etat italien protègent environ 600 collaborateurs de justice ; des mafieux qui ont abandonné la mafia (cf. Collaborer avec la justice : le choix de vivre). Mais que font les femmes (épouse du mafieux repenti ou femme  impliquée dans les activités mafieuses)?

Le mafieux qui ressent le besoin de rompre avec sa vie de criminel professionnel informe en tout premier lieu son épouse (et non pas son avocat qui risque de faire circuler l’info… si vous voyez ce que cela veut dire pour la profession en question). Avant de pactiser avec le juge, le mari-mafieux recherche l’accord de son épouse. Certaine d’entre elles acquiescent, d’autres incitent leur époux à rester dans le clan. Dans  tous les cas, leur attitude est décisive.

Une femme qui partage la décision de son mari « repenti » lui donne toutes les chances de « tenir bon » surtout si il y a des enfants dans le couple. En effet, collaborer se révèle difficile car il s’agit de changer de vie et d’identité au propre comme au figuré. Le mafieux qui trahit l’omertà n’est plus un homme car garder le silence est synonyme de virilité dans la mafia. Comparé à la femme qui ne peut s’empêcher de parler (d’après les stéréotypes), le mafieux lui sait se taire! En embrassant l’état de droit, l’ex mafieux devient un « infâme». L’épouse peut alors redonner confiance au mari et au père. Si la femme persuade les enfants que « papa » a fait le bon choix, elle restaure le rôle paternel de ce dernier (cf.Joyeux Noël). Le mafieux devenu citoyen vit alors cette transformation non comme une humiliation mais comme une possibilité de changement.

Les femmes accompagnent le choix de leur mari par amour ou par devoir et payent souvent cher ce changement de vie : angoisse et dépression sont le lot quotidien de ses femmes qui ne gagnent pas en émancipation : la subordination qui prévalait avant la collaboration demeure.

Les femmes impliqués (cf. Pas de femme, pas de mafia) dans les activités criminelles collaborent avec la justice soit afin de se venger du clan qui a fait tuer leur mari ou leur enfant mais aussi pour s’émanciper. (cf. La Sicilienne rebelle). On comprend facilement que pour d’autres femmes, collaborer avec la justice soit un vraie occasion de changer de vie, de se soustraire à l’oppression mafieuse. C’est grâce à collaboration de la fille Serraino que la justice a démantelé le clan du même nom. Plus important, sa collaboration a « sauvé » deux enfants promis à une carrière criminelle (cf.De la mafia calabraise, de la mémoire et des femmes).

On aime à répandre l’idée que les femmes ont désormais, dans la mafia, des postes à responsabilité et  on  aime y voir le symbole d’une nouvelle égalité homme-femme. Or, c’est davantage dans la sortie de la femme  de l’univers mafieux qu’il faut chercher un parallèle à l’émancipation moderne des femmes.

No witness : no antimafia fight!

Zou, l’humoriste qui s’attaque aux mafieux, est de retour à Paris

 du
au
  
21h au théâtre de la petite loge
2 rue La Bruyere 75009 à Paris
riez tant que vous pouvez… cela pourrai ne pas durer

Que c’est difficile de faire rire avec la principale menace pour l’ordre mondiale cf. ONU)! D’ailleurs, aucun comique ne se mouille.
Sauf Zou! Il faut dire qu’il est de la « côte d’usure« , du Sud (Cf. Aix-en-Provence, fusillade : un mort) et sait de quoi il parle…

Mais comment faire rire de la criminalité alors qu’en France la mafia n’existe pas? Comment faire alors que le crime organisé n’est pas un sujet d’actualité?

Et en passant par les problèmes de société, la drogue, la télé, la politique… et en parlant du papier à cigarette au goût de cosmétique…

Son premier spectacle, Doigt d’Auteurs était un diamand brut, un ovni, un acte de courage aussi dans l’univers des comiques.

Son deuxième spectacle est un diamant taillé.

Le mémoire sur les coopératives antimafias

Rizzoli mafia

François Fameli

Mafias.fr publie un autre mémoire. Mais celui-ci pour la première fois traite de l’Antimafia. Car l’Italie, pays des mafias et le pays de l’Antimafia et en particulier celle de la réutilisation à des fins sociales des biens confisqués (cf. L’arme qui peut tuer la mafia : la réutilisation des biens confisqués. Et parmi ces réutilisations, les coopératives agricoles sont un paradigme (cf. Revue internationale de l’économie sociale), en particulier celle de Libera Terra. Il ne manquait qu’un étudiant français se saisisse du sujet : 

«  L’objectif de ma recherche sera de démontrer dans un premier temps comment l’économie sociale se veut promotrice de valeurs antagonistes à celles de l’individualisme capitaliste et de l’esprit mafieux et peut à ce titre permettre un changement social grâce à la diffusion d’une culture de l’entreprenariat en phase avec le développement durable des territoires« . François Fameli

Rizzoli mafiaUniversité Toulouse 2 Le Mirail
UFR Sciences, Espace, Société
Département Sciences Économiques et Gestion
Master Professionnel IES
(Innovation par l’Economie Sociale)

La Nouvelle Economie Sociale
COOPÉRER SUR LES TERRAINS CONFISQUÉS AUX MAFIAS EN ITALIE : LE MODÈLE LIBERA TERRA

Présenté et soutenu publiquement le 22 septembre 2010
par
François Fameli
Composition du jury
Jacques Prades, directeur de recherche, Université Toulouse Le Mirail
Geneviève Azam, co-directrice de recherche, Université Toulouse Le Mirail

 

Mafias.fr dans le nouvel Obs

Le PDE mafia dans le nouvel OBS au sujet des 

Commissions d’enquête : l’impuissance française

L’audition de Jérôme Cahuzac s’est heurtée aux prérogatives limitées de la commission de l’Assemblée. Qu’en est-il chez nos voisins ?

Je ne peux pas vous répondre », oppose à plusieurs reprises Jérôme Cahuzac, imperturbable. Face aux membres de la commission d’enquête parlementaire qui le pressent de questions, mercredi 26 juin, sur le scandale qui a causé sa chute, l’ex-ministre esquive, se retranche derrière « l’information judiciaire en cours ». L’argument est imparable : la loi française – via l’ordonnance du 17 novembre 1958 – empêche les commissions parlementaires d’enquêter sur « des faits ayant donné lieu à des poursuites judiciaires, aussi longtemps que ces poursuites sont en cours », en vertu du principe de séparation des pouvoirs.

« Un vrai pouvoir d’enquête »

Une muraille légale bien française ? Le grand oral de Cahuzac aurait-il été aussi stérile, s’il avait eu lieu en Italie ? Sans doute non. De l’autre côté des Alpes, la constitution précise que les commissions d’enquête « procèdent aux investigations et aux examens avec les mêmes pouvoirs et les mêmes limites que l’autorité judiciaire ». Là-bas, « elles sont terribles, disposent d’un vrai pouvoir d’enquête », explique le chercheur Fabrice Rizzoli (*), spécialiste de la criminalité organisée. Le pays, fort d’une tradition des commissions amorcée dès le XIXe siècle, dispose selon lui de l’un des dispositifs les plus efficaces d’un point de vue européen : « C’est grâce aux commissions parlementaires antimafia que l’on peut dire que l’entourage de Berlusconi était en contact téléphonique, en 1992 et 1993, avec des mafieux qui posaient des bombes pour déstabiliser le pays et voir émerger un nouveau régime ». Encore par leur biais qu’un rapport démontrera la corruption des institutions, et en particuliers des carabiniers, dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste Peppino Impastato, en 1978.

La suite

Mafias.fr à l’équitable café de Marseille

L’Équitable Café
Café associatif
54 cours julien Marseille 6

 Contre les systèmes mafieux : l'économie solidaire!
DébatmilitantCoup de coeur
vendredi 28 juin :: 20:30

Contre les systèmes mafieux : l’économie solidaire!

Rencontre avec Fabrice Rizzoli, spécialiste de la criminalité organisée et des mafias. Ce n’est pas parce que Fokus 21 assure le direct sur la télé du plateau que vous devez rester chez vous à manger des chips devant votre ordi.

23 mai 1992 : la mafia tue Giovanni Falcone

Giovanni Falcone mafiaJe crois que c’était un vendredi… Le 23 mai 1992 à 17h, Cosa nostra fait assassiner le magistrat Giovanni Falcone (10 ans aprés Carlo Alberto Dalla Chiesa . Les soldats de Salvatore Riina, le chef de la mafia sicilienne de l’époque, ont utilisé des planches à roulettes pour disposer 500 kilos d’explosifs dans un tunnel creusé sous l’autoroute (cf. Leçon de communication mafieuse par Toto Riina .
Sans Giovanni Falcone, il n’y aurait pas eu de maxiprocès en 1986. La mafia sicilienne serait peut-être encore une organisation mystérieuse. Giovanni Falcone a donc été puni pour avoir révélé les arcanes de Cosa nostra. De nombreux spécialistes continuent de penser que Zu Toto Riina (oncle Toto) n’a pas agi seul (cf. Italie, l’omertà d’État au secours de Cosa Nostra). Il y aurait donc des commanditaires externes à la mafia. Mais qui a eu intérêt à détruire la mémoire de l‘Antimafia, sinon les complices de la mafia (cf. Les derniers mots de Falcone et Borsellino)
Vous pouvez voir un trés bon documentaire en français qui explique le maxi-procés et l’importance de la décision su 31 janvier 1922 de la Cour de cassation qui a fait l’objet d’une thèse (cf. Mafias italiennes et relations internationales et d’articles (cf. Le terrorisme mafieux dans la crise du système politique italien et 12 janvier 2002, un étudiant et un colloque sur les attentats de 1992-1993
Tous les mots en gras sont dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia en vente sur Amazon.

Impastato, paradigme antimafia, à Paris mardi 21 mai chez Ethicando. Peppino animateur d’une radio libre se serait enflammé pour le cinéma itinérant antimafia

ETHICANDO

Mardi 21 mai 20h40
6 rue de la Grange aux Belles 75010 Paris
Métro Jacques Bonsergent

Soirée en français :)

Voir "impastato" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafiaPeppino Impastato est mort il y a 35 ans pour s’être opposé à la mafia avec l’arme de la parole et de l’action sociale. Nous commémorerons sa mémoire avec son frère Giovanni, Maria Chia Prodi de Libera France

Un appel est aussi lancé pour que la maison dans laquelle il fut assassiné devient un lieu de mémoire, cliquez sur Voir "antimafia", "Libera" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia20h : Apéritif anti-impunité avec le vin Cento passi de la coopérative Placido Rizzotto

21h : projection de « Munnizza », un court métrage de 18 minutes en italien sous-titré en français

21h 30 : débat avec Giovanni Impastato entouré de Maria Chiara Prodi de Libera France et Fabrice Rizzoli auteur du Petit dictionnaire énervé de la mafia

Peppino Impastato, animateur de radio libre aurait dit : 

« financez la venue du cinéma antimafia en France »

avant le 21 mai 2013

Voir "cinéma" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia

A Paris? Oui mais il faut participer :)

Pour venir à Paris mais aussi à Marseille et à Duisbourg, Cinemovel a besoin de 5 000 euros.

Vous pouvez contribuer à l’aide de la plateforme KissKissBankBank.

En échange d’un service :

- 5 euros et votre nom sera cité sur le site internet

- 15 euros : la carte postale

- 25 euros l’affiche

- 35 euros : le DVD de la campagne…

Vous avez jusqu’au 21 mai. Après cette date, si Cinemovel n’a pas récolté 5 000 euros, l’argent sera rendu aux contributeurs.

Cliquez : Cinéma antimafia

Faire un don
Search
OGC
Petit dico énervé de la mafia
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités
Site sur la criminalité
Petit dictionnaire énervé de la mafia
Petit dico énervé de la mafia