Articles avec le tag ‘La Cosa Nostra’

La famille Gambino forme un panel de sécurité pour lutter contre les informateurs

Domenico Cefalu

Domenico Cefalu

Après l’opération « Old Bridge » (Cf. un boss de la Cosa Nostra se livre au FBI) en 2008, condamnant plusieurs membres de la famille Gambino de de a Cosa Nostra (LCN : une mafia américaine), celle-ci décida de se restructurer. A cette époque, Peter Gotti était toujours le Boss malgré sa condamnation à 25 ans de prison en 2005. Depuis sa prison fédérale de Terre Haute dans l’Indiana où il était incarcéré, il avait nommé plusieurs capitaines qui géraient les activités de la famille Gambino (cf. lobsession de la préservation du clan. En 2011, Peter Gotti décida de laisser sa place et la famille mafieuse nomma Domenico « Italian Dom » Cefalu comme nouveau Parrain. Ce dernier est un membre initié de la famille Gambino depuis 1991, âgé de 66 ans, il est considéré par les autorités comme étant une personne de nature très discrète, vivant encore chez sa mère et ayant pour seul travail légitime, un emploi de vendeur dans une boulangerie.

L’arrivée de Domenico Cefalu à la tête de la famille Gambino mit fin à « l’ère Gotti ». En tant que nouveau Parrain d’une des cinq familles de la Cosa Nostra, il essaya de changer en profondeur l’organigramme de la famille Gambino, en mettant au pouvoir les membres de la faction Sicilienne. En 2012, il nomma son protégé Frank « Franky Boy » Cali comme Underboss. Ce dernier qui est une considéré par le FBI comme « une étoile montante » dans la famille Gambino, a des liens très étroits avec des familles de Cosa Nostra en Sicile et avec le clan Inzerillo. En faisant ce choix, la famille Gambino, voulait redevenir une organisation criminelle secrète, travaillant dans l’ombre et restant sous le radar des autorités. En Juin 2013, des rumeurs circulaient comme quoi Frank Cali était devenu le nouveau Parrain de la famille Gambino, remplaçant Domenico Cefalu, se sentant trop âgé pour ce poste. Mais à la surprise générale, Frank Cali refusa d’être le nouveau Boss de la famille mafieuse pour éviter d’être persécuté par le FBI (Cf. Frank Cali refuse d’être le nouveau Boss de la famille Gambino). A ce jour, la famille Gambino est toujours dirigée par Domenico Cefalu, avec comme Underboss Frank Cali. Mais le Parrain de la famille Gambino voulait trouver une solution pour éviter d’avoir des problèmes avec la justice.

De nos jours, la plupart des membres de la Cosa Nostra, décident de collaborer avec la justice pour éviter d’aller en prison et certaines de leurs informations peuvent être dévastatrice pour une « famille ». D’après plusieurs agents du FBI, Domenico Cefaluc et Frank Cali veulent redevenir une famille cloisonnée à l’image de la famille Genovese ou très peu d’informations circulent à son sujet. Ils veulent avec l’aide de la faction sicilienne, redevenir une organisation secrète, loin de l’image qu’avait pu laissé John Gotti quand il était devenu le Parrain de la famille Gambino. D’après Jerry Capeci, un expert de la Mafia Italo-Américaine aux Etats-Unis, Domenico Cefalu et Frank Cali ont décidé de nommer un panel de sécurité regroupant trois capitaines, considérés commé étant les plus fiables de « la famille ». La famille Gambino est composée de plus de 200 membres ainsi que des milliers d’associés (cf.La Cosa Nostra qui se porte bien). Les soldats de la famille sont gêrés par une vingtaine de capitaines ayant sous leurs ordres une dizaine de membres initiés. Le rôle du panel de sécurité est de servir de relais entre les différents capitaines et soldats de la famille Gambino et sa hiérarchie. Les trois hommes qui ont été sélectionné par Domenico Cefalu et Frank Cali sont considérés par le FBI comme étant des membres ayant fait preuve d’une grande loyauté ces dernières années envers la famille Gambino. De cette manière, Domenico Cefalu et Frank Cali auront que des contacts très limité avec les autres membres de la famille mafieuse et passeront directement leurs ordres par les trois capitaines du panel. Avec ce système, le Parrain de la famille Gambino limite considérablement les risques de se faire enregistrer par des membres de « sa famille » et surtout de se faire arrêter. Une technique qu’avait utilisé pendant des années Vincent « The Chin »Gigante l’ancien Boss de la famille Genovese (cf.Rita Gigante : la fille du « oddfather »). Ce dernier passait directement ses ordres à des « Street Boss » qu’il avait nommé pendant ses années à la tête de la famille mafieuse. Le FBI était tellement déstabilisé par ce système, qu’il avait inculpé Anthony « Fat Tony »Salerno dans le procès de « la Commission« . Il pensait que ce dernier était le Boss de la famille, il se trompait. Le panel de sécurité de la famille Gambino est composé de :

Anthony Gurino agé de 70 ans, il fut intronisé dans la famille Gambino au début des années 1990. Au fil des années, Anthony Gurino s’imposa très rapidement dans la faction Sicilienne. Inculpé seulement deux fois par la justice Américaine, il passe près de 10 ans derrière les barreaux et d’après le FBI purgea sa peine « comme un homme ». Il est surtout connu des autorités pour sa volonté à ne jamais coopérer avec le gouvernement (Il fut condamné deux fois pour entrave à la justice) mais surtout pour ramener beaucoup d’argent à la famille Gambino.  Sa dernière condamnation remonté à 1993. A cette époque, il avait été condamné à 8 ans de prison en Floride pour avoir essayé de blanchir des millions de dollars pour la famille Gambino.
Joseph « Sonny » Juliano, d’origine Sicilienne, Joseph Juliano est un capitaine de la famille Gambino connu gérer ses activités sous le radar du FBI. Sa seule condamnation remonte à 2003, ou il avait plaidé coupable de tentative de corruption. La justice Américaine déclara que Joseph Juliano avait employé près de 90 personnes illégalement pour tenir près de 30 salons de jeux qu’il gérait dans New-York. Il fut condamné à 2 à 4 ans de prison à purger dans une prison d’État.
John Gambino, âgé de 73 ans, il a été initié dans la famille Gambino en 1975. D’origine Sicilienne, il était connu par le FBI pour avoir été impliqué avec ses frères Rosario et Joseph dans un important trafic d’héroïne au début des années 1980 avec Cosa Nostra en Sicile. Condamné au début des années 1990 à une peine de 15 ans de prison pour trafic de drogue, il fut libéré en Octobre 2005, mais sa santé commença à décliner. Mais ses problèmes, ne l’empêcha pas de gérer la famille Gambino avec deux capitaines  Daniel Marino et Bartolomeo « Bobby » Vernace au début de l’année 2008 jusqu’à la nomination de Domenico Cefalu en tant que Parrain de la famille Gambino en 2011. Il est en autre l’oncle de Frank Cali.

Par Xavier Blondel : wiseguy.overblog.comwww.facebook.com/wiseguyblog

PS de Fabrice Rizzoli : voilà le type enregistrement que les mafieux ne veulent plus donner au FBI :)

John Gotti enregistrement

La dure réalité des membres de la Cosa Nostra – Partie 2

James Tartaglione

James Tartaglione

James Tartaglione était un ancien « capitaine » de la famille Bonanno qui en 2003 décida de collaborer avec la justice. Lors d’un procès contre plusieurs membres de La Cosa Nostra, il expliqua en détail les différences que pouvaient avoir certains membres de la mafia. « Il y a des personnes qui sont initiés dans la Cosa Nostra qui sont très intelligentes et qui gagnent beaucoup d’argent. Ils savent comment rapporter des millions de dollars à la famille. La plupart d’entre eux gèrent des entreprises légales. Ensuite, vous avez les « durs », qui une fois sortie de prison, pourrait tuer une personne sur une simple demande de leur supérieur » déclara James.

Il n’est pas évident pour les autorités de savoir combien touche un soldat ou un capitaine d’une famille de La Cosa Nostra. La plupart cache leurs revenus pas seulement aux autorités fiscales qui pourraient saisir une partie de leurs biens mais le plus souvent à leur propre famille mafieuse :) . Les familles de La Cosa Nostra sont très hiérarchisées et marche de façon pyramidale. Un simple « associé » doit verser un pourcentage de ses bénéfices à son supérieur direct qui est souvent un « soldat » de la famille. Ce dernier, doit rendre des comptes en versant lui aussi un pourcentage de ses revenues à son « capitaine », qui ce dernier après avoir accumulé tout l’argent, donne une partie à la hiérarchie de la famille. Le pourcentage des bénéfices que doit reverser un membre de La Cosa Nostra n’est pas vérifiable, cela varie d’une famille à une autre. Les parrains de chaque famille touchent une prime de Noël de chacun de leurs membres. Paul Castellano qui était le Boss de la famille Gambino dans les années 1980, réclamait 10 000 dollars à chacun de ses 20 capitaines. John Gotti n’exigeait « que » 3 000 dollars.

Joseph DeFede

Joseph DeFede

Joseph DeFede ancien « Acting Boss » de la famille Lucchese de 1994 à 1998 décida de collaborer avec la justice, car Vic Amusso le Boss en exercice avait exigé à chacun de ses membres, de mettre 1 000 dollars tous les mois dans le « coffre » de la famille. L’argent récolté allait servir pour payer les avocats ou les frais de justices des membres inculpés par la justice. Il témoigna lors d’un procès qu’il touchait plus d’un million de dollars par an en étant « Acting Boss » de la famille Lucchese. En décembre 2003, Vincent Basciano qui venait d’être nommé « Acting Boss » par Joseph Massino (Une nouvelle hiérarchie pour la famille Bonanno : Partie 1) discuta avec Anthony Urso et James Tartaglione. Vincent Basciano déclara : « Comme j’ai dis à Tony (Anthony Urso), je vais pas taxer les membres qui font le « boulot » (sous-entendais, qui exécutait les contrats). Je laisse les « Salariés » de la famille me reverser une partie de leur argent« . James Tartaglione souligna lors de cette soirée, qu’il fallait des gens avec des compétences différentes pour former une famille unie : « Vous avez besoin de choses différentes pour faire une bonne « soupe » déclara t-il.

Carmine Russo et Elio Albanese sont deux « soldats » de la famille Genovese. Les deux hommes étaient connus des autorités comme des « voleurs professionnels ». Carmine Russo vivait encore chez sa mère dans Mulberry Street. Mais malgré tout l’argent récolté, les deux mafieux avaient du mal à joindre « les deux bouts ». Pour eux tout était bon pour gagner de l’argent. Lors du 04 juillet, fête nationale aux États-Unis, Carmine Russo et Elio Albanse vendait à des personnes des feux d’artifice. Mais leurs petites escroqueries ne durèrent que quelques années. Carmine Russo fut arrêté et condamné à 57 mois de prison dans un pénitencier fédéral. Le juge le condamna aussi à une amende de 7 500 dollars. Mais Carmine Russo faisait face comme à son habitude à de grosses difficultés financières et proposa au juge de payer son amende en plusieurs fois, à hauteur de 50 dollars tous les mois.

Par Xavier Blondel : wiseguy.overblog.comwww.facebook.com/wiseguyblog

Tous les mots en gras sont dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia en vente sur Amazon.

Quand un membre de la Cosa Nostra se suicide

Voir La Cosa Nostra dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia... et de l'antimafia

Nicholas "Nicky Skins" Stefanelli

En 2010, Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli un « soldat » de la famille Gambino qui faisait partie de l’équipe d’un capitaine très respecté Nicholas « Little Nicky » Corozzo (cf. Un boss de La Cosa Nostra se livre au FBI) est arrêté avec son fils pour trafic de drogue. Face à l’éventualité de passer de nombreuses années derrière les barreaux et pour protéger son fils de toute inculpation, Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli décida de collaborer avec le FBI. Pendant deux ans, il aida les autorités en enregistrant des membres de différentes familles de La Cosa Nostra (Cf. Joey Merlino veut se retirer de la Mafia). Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli faisait du bon boulot, et le FBI voulait maintenant que ce dernier témoigne dans un procès contre le boss de la famille Pratriarca, Luigi Manocchio mais aussi contre le boss de la famille de Phliadelphie Joseph Ligambi. Mais avant que Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli ne puisse témoigner devant ses anciens « associés » dans un tribunal, ce dernier se suicida. Le 26 Février 2012, à l’Hôtel Renaissance Meadowlands à Rutherford dans le New-Jersey, le corps sans vie de Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli fut retrouvé par sa propre fille (cf.Mafia et téléréalité). « Elle nous a appelé pour nous signaler que son père était inconscient dans son lit. Elle était hystérique, elle pleurait, elle criait. Elle n’arrêtait pas de dire qu’il ne respirait plus. Nous avons alors immédiatement appelé le 911 » déclara le gérant de l’hôtel. Son décès était dû selon les médecins à une sur-dose de médicament. « Il est mort paisiblement, il n’y aucune trace d’effraction ou de bagarre » déclara un des policiers.

Voir le blog des méchants garçons italo-américainsDeux jours avant son suicide, un associé de la famille Gambino, Joseph Rossi Sr fut retrouvé abattu de plusieurs balles dans son entreprise situé dans le New-Jersey (cf. Violence programmée). José Luis « Lucky » Rivera fut arrêté pour ce meurtre et il désigna son complice en la personne de Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli. Ce dernier tenait Joseph Rossi Sr responsable d’avoir été obligé de collaborer avec la justice. En effet, Joseph Rossi Sr avait selon certaines rumeurs commencé à donner des informations au FBI, après son arrestation pour vente illégale de machines à sous en 2009. Pour s’en sortir, il avait commencé à orienter la police sur le trafic de drogue qu’organisait Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli et son fils depuis quelques années. Quelques jours avant son arrestation, le FBI voulait emmener Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli dans un endroit sécurisé pour le protéger de ses anciens « collègues » mafieux, mais il était déjà trop tard. « Je pense qu’il était très gêné de parler contre des membres de La Cosa Nostra » déclara un agent du FBI. D’après le New York Post, Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli avait payé ses funérailles quatre jours avant son suicide. « En coopérant pendant deux ans, il se sentait coupable et avait décider de mettre fin à ses jours. Mais d’abord il voulait se venger de la personne qu’il tenait pour responsable de tous ses problèmes » déclara un agent du FBI. Pour sa fille, son père n’était pas une « balance ». « Il leur a fait croire qu’il allait témoigner contre ses anciens amis, mais jamais il n’aurait fait ça. Mon père n’aurait pas pu faire ce genre de chose, c’est quelqu’un de fidèle. Il nous a jamais parlé de sa « deuxième » famille, pour moi ce n’est que que des rumeurs« . Mais d’après le FBI, Nicholas « Nicky Skins » Stefanelli faisait du bon travail « On a beaucoup d’heures d’enregistrement de certains mafieux, il avait vraiment fait du bon travail. Vous savez c’est pas évident pour des gars comme Nicholas Stefanelli. Ils ne sont pas heureux, ils ont l’impression que du jour au lendemain tout s’écroule autour d’eux » déclara un agent du FBI.

Par Xavier Blondel : wiseguy.overblog.comwww.facebook.com/wiseguyblog

Tous les mots en gras sont dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia en vente ou sur Amazon.

Mafia et téléréalité

Voir "femme et mafai" dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia

Mob wives

Anthony « TG » Graziano est connu depuis des années par le FBI comme un membre important de la famille Bonanno (cf. Fête des mères 2004 : le boss fait tuer son fils).  Il occupe depuis 2001 le poste de « consigliere » (cf. Montréal…). Mais depuis quelques temps, Anthony fait fasse à de multiples problèmes. Condamné en 2003 à 20 ans de prison pour racket et complot pour assassinat, il est libéré en 2011 pour raison de santé.
Pendant son incarcération, sa fille Renée Graziano fut l’héroine d’une série tv « Wives Mob » qui suit la vie de femmes dont leur famille ont des liens avec la Cosa Nostra américiane. Son ex petit ami Hector Pagan apparu d’ailleurs plusieurs fois à l’écran. Hector était un « associé » de la famille Bonanno. Attrapé pour trafic de drogue, il devient informateur pour la DEA afin d’éviter une peine de 50 ans de prison. C’est donc pour alléger sa peine, qu’il porta un micro et enregistra son beau-père et d’autres hauts responsables de la famille Bonanno lors de plusieurs réunions ou Anthony essayait de récupérer une dette de jeu de plus de 150 000 $ ce qui le renvoya en prison pour 19 mois en Avril 2012. Il provoqua aussi l’arrestation de plusieurs autres membres comme Vincent « Vinny Tv » Badalamenti et Nicholas « Nicky Mouth » Santora considérés respectivement comme l’acting boss et underboss des Bonanno.

Anthony « TG » Graziano a tout fait pour être distant de sa fille et de la série. Sa fille Renée disait même qu’elle n’avait plus de contact avec son père depuis le lancement de l’émission… Mais cela en était trop pour la famille Bonanno qui décida de « dépouiller » Anthony Graziano de toutes ses responsabilités et de tous ses droits. « Cela ne veut pas dire non plus qu’il ne sera plus actif, par contre cela veut dire que certains membres ne traiteront plus avec lui » dit un officier de police. Mais une perte de responsabilité signifie automatiquement une baisse non négligeable de revenu. Un procureur fédéral spécialisé dans les affaires sur la mafia allant même jusqu’à dire que cela était une sanction terrible pour un « affranchi »et que parfois un tel coup pouvait donner raison a un mafieux de « retourner sa veste », de collaborer avec la justice…

Par Xavier Blondel

Du même auteur : Initiation en peignoir : la classe

Tous les mots en gras sont dans le Petit dictionnaire énervé de la mafia en vente chez Ethicando (6 rue de la Grange aux Belles 75010 Paris) ou sur Amazon.

Et vous trouverez des infos intéressante dans « femme et mafia »…

Mort naturelle… et de deux

La Cosa Nostra americaine

Boss La Cosa Nostra

« C’est la fin d’une époque… Tout le monde est dévasté … Je suis triste parce qu’il avait été là pour moi pendant mon séjour en prison … Les gars de partout travers le pays sont choqués mais la vie continue … »  

Ces mots sont ceux d’un racketteur et ancien détenu mais toujours sous la responsabilité des services fédéraux parlant sous le sceau de l’anonymat à propos de la mort de Benjamin « Sonny Jr. » Nicoletti, 73 ans.. Depuis 40 ans,.Sonny ou «Monsieur Nick », affilié de La Cosa Nostra, officiait dans le jeu illégal et le prêt usuraire dans l’Ouest de New York.  

Il est décédé début septembre des suites de complications dues d’un accident vasculaire cérébral (cf.Mort naturelle… pour une fois). Comme son mentor, Stefano Magaddino, fondateur de la famille mafieuse de Buffalo, Ben Nicoletti est mort de mort naturel laisse des fans derrière lui. Ces derniers pouvant entretenir un des pouvoirs mafieux: le consensus social… Voir le Petit dictionnaire énervé de la mafia

L’obsession de la préservation du clan

En lisant crimorg.com, comme tous les matinmafia La Cosa Nostras pour me rafraîchir d’un petit meurtre ou d’une arrestation, j’apprends qu’une initiation mafieuse aurai eu lieu le 12 janvier 2011 dans une salle d’attente d’une prison fédérale des Etat-Unis (à gauche)

Donc, Andrew « Mush » Russo (en bas à droite), le boss de la Famille Colombo a initié llario « Fat Larry » Sessa. Ca y est, il il « en est ». C’est « un ami a nous » (pas « un ami à moi ») in Donnie Brasco (cf. Violence programmée chez La Cosa Nostra)

Le contexte : la nuit suivante, une vaste opération antimafia avait entraîné 127 inculpations 7 Familles de la Mafia du nord-est des Etats-Unis. 

mafiaVous comprenez?

Vite vite, il faut nommer un nouveau membre (initié) pour faire perdurer le clan (en plus d’une éventuelle stratégie interne au clan…) et faire vivre la LCN (cf La Cosa Nostra qui se porte bien). Même si les règles d’initiation n’ont pas été scrupuleusement respectées. Qu’importe dans La Cosa Nostra ( on est encore plus souple (cf. Mafia et différences) que dans Cosa nostra sicilienne (cf. Un code culturel souple….)

On apprend aussi que l’initiation aurait du avoir lieu le 7 décembre 2010 au domicile du « soldat » Emanuel Favuzza mais les mafieux avaient détecté une surveillance du FBI. Et oui pas de lutte antimafia sans écoute, micro et autres caméras. Mais c’est grâce a un témoin protégé que l’on a appris cette initiation…. pas de lutte antimafia sans collaborateur de justice. Mais à contrario du programme de collaboration américain et ses 30% de récidive (cf. Un boss de La Cosa Nostra se livre au FBI) contre seulement 5% de rechute en Italie.

Pour savoir pourquoi : Petit dictionnaire énervé de la mafia en vente chez Ethicando (6 rue de la Grange aux Belles 75010 Paris) ou sur Amazon.

Arte se déchaine

Soirée thématique en trois parties Dans les griffes de la Mafia les 8, 15 et 22 janvier :

08.01 : 20h40 Le Parrain
Film de Francis Ford Copppola, USA, 1971, avec Marlon Brando, Al Pacino, Robert Duvall…

Quand Vito Corleone, à la tête d’un puissant empire mafieux, s’efface pour laisser le pouvoir à son fils… L’une des plus grandes sagas de l’histoire du cinéma.
23h40 Une histoire de la Mafia (1ère partie)
documentaire de Bernhard Pfletschinger, All, 2010
En Italie, les mafias contrôlent un tiers du pays et leur chiffre d’affaires s’élève à près de 150 milliards d’euros pas an. Retour sur leur incroyable ascension depuis le milieu du XIXe siècle.

15.01 : 20h40 Le Parrain II
Film de Francis Ford Copppola, USA, 1974, avec Al Pacino, Robert Duvall…

De l’ascension du petit Vito à l’empire de la terreur bâti par son fils Michael.
0h05 Une histoire de la Mafia (2ème partie)

22.01 : 20h40 Le Parrain III
Film de Francis Ford Copppola, USA, 1990, avec Al Pacino, Diane Keaton…

Où Michael Corleone tente en vain d’échapper à son destin.

23h25 La Mafia, organisation parasite
Documentaire de Carmen Butta, All, 2010

Comment Cosa Nostra la sicilienne a su profiter de la mondialisation pour étendre son empire.

Vous trouverez plus d’informations sur le site http://www.arte.tv/ rubrique programmes.

Fête des mères 2004 : le boss fait tuer son fils

En ce jour de fête des mères 2004, Nicholas Cirillo soldat de la famille Genovese et fils du boss Dominick « Quiet Dom » Cirillo, va à un rendez vous ; une de ses convocations mafieuses dont on ne reveint jamais : « I v got send for » disait Al Pacino dans Donnie Brasco (cf. Violence programmée chez La Cosa Nostra)

Nicholas 41 ans vient de subir la violence programmée par « Lupara biancha » (cf. Le « repenti » rétablit l’Etat de droit en Italie)). Sa disparition intervient deux semaines après une altercation avec deux membres des Bonanno, ce qui conduit les enquêteurs sur la piste d’un règlement de compte  jusqu’à ce que Joseph Massino, boss des Bonanno, intègre  le programme des témoins américain. Le « repenti » porte alors des micros et enregistre une conversation avec Vincent Basciano du clan Genovese  qui explique que « Quiet Dom » a ordonné l’assassinat de son propre fils « trop turbulent »…

La mafia c’est la tyrannie de la famille mafieuse (cf. Arrestation de la « mamma »). On tue un membre de sa famille biologique puis on retourne se coucher comme si de rien n’était (cf. Histoires de femmes dans la mafia)

« Je ne suis pas italien, je suis germano-irlandais »

La Cosa Nostra mafia

Par  ses mots Robert Duval dans le film Le Parrain signifie au producteur raciste envers les « ritals » et qui ne veut pas prendre Franck Sinatra dans son film que le problème n’est pas ethnique. Ce qui compte c’est le clan mafieux au dessus de la famille biologique. D’ailleurs, dans le Parrain, le chef  (Al Pacino) fait tuer son frère de sang pour protéger le clan, un acte de violence programmée (cf.Violence programmée chez La Cosa Nostra) !

Il y a bien un « germain » dans la mafia italo-américaine : Joseph « Joe the German » Watts, né en 1942, qui vient d’être condamné à 13 ans de prison pour conspiration de meurtre., celui d’un « associé » (non initié) de la famille Gambino de New York (cf. La Cosa Nostra se porte bien)

De La Cosa Nostra (LCN) : une mafia américaine!

Au mois de juillet, on apprenait le décés  de Frank Francis « Big Frank » Colacurcio, à l’âge de 93 ans. Il était  surnommé le roi du streap tease, ce « made men » (?) était très influent à Seatle dans l’état de Washigton là où la mafia n’existe pas… (un peu comm en France (cf. Côte d’azur mon amour ). II fut donc très actif dans la tenue de bars, boîtes de nuit, salons de strip-tease, dans le placement de machine à sous et avait des complicités politiques.

En fait, plus on étudie la mafia dite -italo-américaine- plus on la trouve américaine et de moins en moins italienne : streap tease, paris trucés, drogues dans le pays qui en consomme le plus au monde. (cf. Contre les mafias : la régulation publique de la drogue) et surtout criminalité fiancière (cf. Ce 11 septembre qui profite aux mafieux)

Pour en savoir plus, le super article de JF. Gayraud :

Faire un don
Search
OGC
Petit dico énervé de la mafia
Mafia (en italien)
Observatoire Géopolitique Criminalités
Site sur la criminalité
Petit dictionnaire énervé de la mafia
Petit dico énervé de la mafia